AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chester Apples - La fratrie -

Aller en bas 
AuteurMessage
Chester Apples

avatar

─ Messages : 3
─ Date d'inscription : 12/03/2010

MessageSujet: Chester Apples - La fratrie -   Lun 15 Mar - 0:19

Chester Apples
_______________________________________________________________

    A propos de vous
      NOM : Apples
      PRENOM(S) : Chester
      DATE DE NAISSANCE & AGE : 1998 – 27 ans.
      LIEU DE RESIDENCE : Memphis


    Détails

      SOULWALKER :
      - don ? Ubiquité.
      - camp ? Neutres et OCPS (explications dans la biographie).
      - stimulant : Acte sexuel.
      - inhibiteur : La cessation de cet acte avant sa consommation.


    Descriptions
      CARACTERE :
      Il serait trop aisé de souligner combien la personnalité de Chester est multiple ; c'est dans la nature même de l'homme de n'être caricatural sur aucun de ses traits de caractère. Chester ne déroge pas à la règle : timide lorsqu'il n'était encore qu'un bambin, l'adolescence lui conféra les attraits spirituels des libertins, avec cette douce flexibilité de l'esprit lorsqu'il s'agit de dilemmes moraux et cet orgueil de soi. Mais bien qu'il aime à faire montre de sa supériorité supposée,l'ombre reste pour lui le terrain de jeu à partir duquel le domaine des possibles reste le plus vaste. C'est dans cette ombre que le jeune homme a pu se construire une intelligence qui effraierait les plus stupides, une intelligence maussade et discrète dont l'utilité se mesure selon lui à l'aune de l'argent qu'elle permet de récolter.

      De libertin, Chester n'en a que le titre et non la fonction : ce n'est pas un homme à femme, car il considère ces créatures comme incompréhensibles et bonnes qu'à répandre du fiel sur leurs pairs – c'est pour ces raisons qu'il aime tant leur compagnie et leurs bavardages. Cependant, il est un domaine où même le Marquis de Sade n'a osé mettre les pieds tant la lubricité y est indécente, tant les déviances y sont inimaginables pour le commun des mortels. L'ultime inceste, dans sa plus pure forme : faire l'amour avec soi même. Voilà ce à quoi s'occupe Chester, durant ces nuits trop chaudes de l'hiver de Memphis.

      S'il fallait conclure cette brève observation du caractère du cher Chester, il serait de bon ton de souligner le culte du secret auquel il s'adonne. Le secret est fils de la prudence, elle même garante de sécurité. Ainsi, Chester se lie peu avec autrui, et bien que très sociable, il compte peu d'ami et dans son cercle de proches les rangs s'éclaircissent sans qu'il ne semble s'en émouvoir. L'humour pince sans rire dont il est friand perd ses adeptes, à mesure que le temps délite les relations.

      Voyez combien, au travers de l'exemple de Chester, l'esprit humain est complexe : orgueilleux mais secret, libertin mais misogyne, immoral mais drôle, secret mais sociable.


      PHYSIQUE :

      La pomme, parfois, tombe bien loin du pommier. C'est, en effet, ce qui vient à l'esprit lorsqu'on voit Monsieur Apples et son fils côte à côte. De la physionomie ventrue et rubiconde de son père, Chester n'en a que la glabelle fournie sobrement et l'imberbe peau. De même que le visage est rond et lisse pour le père, celui du fils est finement marqué par une mâchoire volontaire et une fossette sur le menton.

      Chester se félicite de la probable infidélité de sa mère ayant amené sa naissance : quel bonheur de ne pas ressembler à son père! Il eut été fort dommage que Chester fut laid, d'autant plus que plusieurs exemplaires de lui même existent – et chacun sait qu'il est inutile de multiplier la hideur en ce bas monde.

      D'un brun foncé, ses cheveux et ses sourcils lui confèrent un charme indéfinissable, renforcé par une proportionnalité plaisante du visage et des yeux sombres. Bien que le corps soit peu musclé, la posture présomptueuse et arrogante de son torse concourt à cacher ce détail qui ne l'émeut point.

      D'une taille respectable qui lui semble être la normale, Chester arbore un poids correct pour une démarche lascive, serpentine et silencieuse. Cette démarche le fait sembler marcher sur des coussins d'air le long des trottoirs de la ville.

      Pour clore cette description, nous pouvons affirmer que Chester ne possède aucune cicatrice, ne porte pas de lunette ni de pacemaker.


    Biographie
      La première chose que je put entendre fut le son régulier et quiet, un ''bip'' récurant qui suivait les battements de mon coeur. Puis j'ouvris les yeux : j'étais dans un hôpital, avec son lot de tubes, de blancheur aseptisée et de silence relatif. En face de moi se trouvait un homme à la carrure impressionnante qui m'observait d'un air furieux. Il cria, lorsqu'il me vit ouvrir les yeux : « Il est réveillé! »
      S'en suivit un ballet d'infirmières et de docteurs, qui firent mine de ne pas entendre mes questions que je réussissais faiblement à poser. Enfin, ils repartirent tous, me laissant seul avec l'homme du début. Un silence s'installa, moi je n'osai pas parler en premier, lui semblait essayer de lire dans mes yeux. Finalement, ce fut lui qui brisa l'attente :

      « -Savez comment vous êtes arrivez ici?
      -... non...
      -Vous avez eu un accident bénin mais qui a durement touché votre tête : une terrible chute dans un escalier. Vous étiez dans le coma depuis 1 mois.
      -...
      -Savez vous comment vous vous appelez?
      -Bien sûr.
      -Je vous écoute.
      -...
      Je cherchai, mais je ne trouvai pas. Je l'avais pourtant sur le bout de la langue.
      -Est ce que le nom de Chester Apples vous dit quelque chose?
      -Oui, en effet. Il me semble que c'est moi.
       
      Il hocha la tête et fit mine de partir.
      -Hé! Vous allez où là?
      -Je reviendrai. Reposez vous. »


      Il revint, quelques jours plus tard. J'avais les idées plus claires – et même si j'avais perdu la mémoire, les docteurs restaient confiants. Ma hardiesse aurait été de courte durée si j'avais eu connaissance de la conversation qui se tint juste avant que l'homme immense entre dans ma chambre. Il était au téléphone :
      « -Oui, je suis devant sa chambre.
      -Bien, vous avez eu confirmation?
      -Il s'agit bien de Chester Apples, le juriste de Memphis, oui.
      -Fort bien. Tous les détails sont réglés?
      -Bien entendu. J'ai tout mis en place avec l'équipe de scénariste. Je vous ai envoyé une copie.
      -Je ne la lirai pas : je n'ai pas le temps. Faites moi un résumé de l'histoire.
      -Monsieur Apples est tombé dans les escaliers et s'est fait une commotion cérébrale qui l'a plongé dans le coma durant un mois. Il allait être embauché par la firme Truffle&co., un cabinet de petite taille qui ne s'occupe des affaires juridiques et fiscales de diverses sociétés sur tout le territoire, des entreprises aussi variées en taille qu'en secteur d'activité.
      -Oui, je connais Truffle&co., épargnez moi les détails. Vous ais-je dis que je n'avais que peu de temps?
      -Hum... Oui, donc il va intégrer une équipe en droit des contrats au début du mois prochain.
      -Fonctions cognitives?
      -Apparemment saines, il n'a pas souvenir de son passé, mais ses connaissances sont toujours là.
      -Très bien. Et les autres, vont-ils venir?
      -J'en suis sûr. Trop de questions restent sans réponse pour lui, il va venir secourir notre ami. Nous garderons un oeil sur lui, pour cueillir les autres.
      -Vous pensez qu'il y en a combien?
      -Nous pensons entre 5 et 8.
      -C'est beaucoup.
      -En effet.
      -Bon. Tenez moi au courant. Envoyer mes amitiés à Monsieur Truffle.
      -Je n'y manquerai pas, Madame. »


      Ce n'est qu'après que cet homme, qui se présenta à moi comme un recruteur de Truffle&co., m'exposa la situation.
      La bonne nouvelle, c'est que mon ancienne vie m'attendait presque comme je l'avais laissé bien que je ne m'en souvinsse point : un appartement, un emploi. Mes parents étaient morts. Quelle importance, je ne m'en souviens pas!

      Un peu moins d'un mois plus tard, je prenais mes nouvelles fonctions en tant que collaborateur junior dans l'entreprise Truffle&co., au département Contrat.


      ¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤~#~¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤

      Il se lèva, et prit son petit déjeuner dans sa chambre d'hotel, le front soucieux. A l'autre bout de la ville, la même scène se passa, avec le même protagoniste. Son regard se porta sur une photo de ses parents, et il repensa à son passé.

      Il y a 27 de cela, alors que le XXème siècle n'avait pas encore pointé le bout de son nez, sa mère mourait en couche. Son enfance fut un cortège de banalités que l'on rencontre dans une famille monoparentale dans le midwest américain : le père et le fils se serraient les coudes, dans les durs temps et les heureux. Rien ne semblait vouloir entacher cela, pas même l'étrange lettre que le père reçu un jour du Soulwalker et qu'il jeta sans en dire un mot.

      Le premier tournant de la vie du garçonnet fut entamé un soir pluvieux de septembre : il découvrit la masturbation.
      Quelle étrange sensation, dont la douceur et l'extase n'ont d'égal que la jouissance qu'elle procure, et la honte d'après coup. Dans la moiteur de sa peau, dans l'éveil onanique de ses sens, dans la nudité de son corps juvénile, Chester goûta au plaisir qui rend sourd. A la fin du processus, une autre surprise attendait Chester qui, dans sa folie lubrique, était devenu deux.
      Devant lui, se trouvait lui même.

      La peur fit place à l'étonnement très rapidement : pourquoi avoir peur de soi même? Puis, le reste de la nuit fut une nuit d'étude, de tests. Pourquoi était-il devenu double? Il essaya maintes combinaisons pour comprendre, mais n'y parvint pas. Dans un silence de cathédrale, il entama ses expériences.

      Chacun des deux voyait ce que l'autre voyait : lorsque l'un était dans le placard, et l'autre sur le lit, celui dans le placard savait ce que l'autre regardait, et aurait pu le décrire avec autant de précision que si l'objet avait été en face de lui. Nul besoin de parler, cela aurait été se parler à soi même ; il connaissait ses propres pensées même si elles étaient dans deux cerveaux distincts, dans deux endroits différents.
      Ce fut une nuit de découvertes qui lui permirent d'énoncer une liste de caractéristiques qu'il présentait lorsqu'il était double :
      -les actions de l'un n'interfèrent pas l'autre,
      -le partage de la connaissance est immédiat,
      -les sensations, comme la douleur, ne sont pas partagées mais uniquement su,
      -la communication est inutile, une même système de pensée pour deux corps physiques,
      -une gestion du cerveau doublé, l'un et l'autre peuvent lire un livre différent : Chester lit deux livres en même temps.

      Le problème se posa le lendemain : cacher le double à son père ou en faire état? Qui va en cours?
      Finalement, ce fut le début du culte du secret pour Chester. Alors que l'un partait de bon matin, l'autre attendait que le père parte pour passer la journée dans la maison à regarder la télévision et jouer aux jeux vidéos.
      Chester tint une semaine, puis ne pouvant se freiner, durant une nuit, il se fit l'amour. La jeunesse ne fut pas un problème : Chester considéra cela comme une masturbation un peu spéciale. Être dans les deux positions en même temps, c'était étourdissant de bonheur. La moiteur des membres, de la peau, des bouches et des doigts dura moins d'une heure. Ce temps passé avec lui même lui fit perdre la tête : le sang à la tête, il se léchait le torse en fermant les yeux pour goûter mieux à son impudicité.
      Après ces longues minutes de bonheur et d'extatique luxure, Chester se retrouva seul, unique.
      Il n'avait même pas eut conscience de cela.

      La fin de son adolescence fut une succession de tels épisodes, bien que parfois le processus semblait avoir du mal à démarrer – le dédoublement n'apparaissait que si l'état d'excitation était suffisamment impérieux. Se toucher à la va vite dans la douche ne donnait aucun résultat.

      Outre le bonheur immoral, Chester compris vite les autres avantages d'être deux, et ce dès qu'il entra à l'université. Tandis qu'un était en cours, l'autre partait travailler au fast food. Mais il fallait être très prudent, aussi la fast food choisi était l'un des plus éloigné de l'université.
      C'est aussi à cette époque que Chester devint triple.

      Il resta triple à partir de ce moment. Le troisième étudiait tranquillement dans l'appartement, ce qui permis à Chester de finir major de sa promotion au terme de son école d'avocat. Il s'était spécialisé dans le droit comptable et fiscal, car il y avait beaucoup d'argent à ce faire.
      Chester était aimé et incompris de ses compagnons de classe : comment ce jeune homme séduisant faisait pour avoir de si bonne note alors qu'il sortait tous les soirs? Cette incompréhension se transforma en dédain lorsque Chester ne pris même pas la peine d'aller à l'enterrement de son père, tragiquement tué dans un accident de voiture. Mais à l'enterrement, pourtant, Chester était là.

      L'accident était arrivé trois mois avant l'obtention du diplôme. Deux semaines plus tard, il travaillait dans un cabinet spécialisé dans la fiscalité des titres. A longueur de journée, il cherchait des placements déductibles d'impôt pour de riches clients. Pendant ce temps, les deux autres versions s'occupaient : lire, apprendre l'informatique, apprendre l'espagnol, le français, le russe, le portugais...
      Le soir, il se retrouvait et s'embrassait longuement avant une scène orgiaque de quelques heures. Au fil du temps, Chester avait réussi à rester trois même après l'acte d'amour avec soi même : il suffisait de sortir avant l'ultime instant.

      Puis vint le deuxième tournant de la vie Chester. Alors que son train de vie était devenu aisé mais ennuyeux, il découvrit un détail, trois fois rien, une légère ombre au tableau durant l'étude d'un dossier.
      Il écrivit un rapport qu'il ne destinait pas à montrer à quiconque, mais uniquement pour s'occuper et garder une trace si un jour l'affaire devenait plus sérieuse.
      Et elle le devint.

      Il appela son rapport « Limon Ackles », du nom de la première entreprise qui l'avait mis sur la piste. Limon Ackles ltd était une entreprise de soda très importante sur laquelle il tomba en faisant des recherches de jurisprudence sur la défiscalisation des produits financiers mixtes à court terme. Le rapport resta un moment sans suite jusqu'à ce qu'une filiale de Limon Ackles ltd, plus petite et moins en vue ferme pour fraudes fiscales. Or, cette filiale était aussi propre que la vertu d'une bigote dans un couvent en Suisse. D'autres entreprises adjacentes à la filiale se trouva dans la même situation.
      Le rapport Limon Ackles s'étoffa et Chester décida de jouer au détective. Il partit aux quatre coins du pays pour visiter les entreprises, parler avec les comptables, se présentant comme juriste spécialisé en fiscalité ayant entendu les déboires fiscaux et proposant son aide.

      Un soir, alors que l'enquête en était au point mort, Chester était à son bureau pour finir un dossier important, dans son appartement à regarder la télévision et au fast food pour prendre à manger. Sur les coups de 23h00, Chester emportait trois poches en kraft emplies d'hamburgers et de sodas lorsqu'on lui asséna un coup sur la tête. Les deux autres Chester bondirent et celui de l'appartement courut jusqu'au lieu du crime : ni la voiture, ni Chester ne s'y trouvaient.
      C'est la dernière fois que Chester fut trois, car un mois plus tard la troisième copie se réveillait dans un hôpital du gouvernement et on lui annonçait qu'il avait perdu la mémoire à la suite d'une chute dans l'escalier dans son appartement de Tulsa.

      Chester fit le deuil de lui même un certain temps dans un motel, puis quitta son travail, vida ses comptes en banque pour les virer dans les îles Caïmans, et partit à la recherche de lui même, le rapport « Limon Ackles » sous le bras. Chester pensait qu'il avait été purement et simplement tué puisqu'il n'eut jamais plus contact avec son tiers. Il lui fallait découvrir pourquoi on l'avait tué....




    Rapport Limon Ackles – résumé et explications de la OCPS – PAS DE PHOTOCOPIE -
    Extraits.
    Limon Ackles ltd est une grande entreprise qui produit et commercialise du soda aux agrumes partout dans le monde, avec de multiples filiales partout aux USA.
    [...]Nous soupçonnons cette entreprise d'être aux mains de soulwalkers influents dans le monde de la finance, sans avoir pour autant de preuves tangibles. Par des traceurs, nous suivons les plus importants mouvements de capitaux en bourse de cette entreprise.[...]
    C.A a découvert que ces traceurs étaient défiscalisés mais que, pour les sortir du circuit financier il était nécessaire que le cours des actions normales descende en dessous de la valeur des traceurs.[...]
    C. A a suivit certains de ces traceurs sans que nous ne nous en apercevions, et a remarqué que les entreprises tracées se voyaient fermer quelques temps après sous de faux prétexte. Le véritable but étant de créer une sous valeur de l'entreprise en la fermant, faisant ainsi baisser les actions normales.[...]
    C.A était sur la voie de Truffle&co., qui s'occupe de la gestion de ces traceurs entre autre chose.[...]



    La femme leva les yeux du résumé du rapport.

    « Bon. Alors Apples était sur le point de tout découvrir?
    -C'est en tout cas ce que le rapport nous porte à croire, madame. Nous l'avons arrêté à temps.
    -Et...?
    -Il s'avère que Chester était dans nos bases de données. Simple coïncidence à notre avis. Un soulwalker, avec le don d'ubiquité. Il y a 8 ans de cela, il avait été aperçu en même temps dans deux lieux éloignés de plusieurs kilomètres. Nous avons les vidéos.
    -Où est il maintenant?
    -Nous lui avons nettoyé le cerveau. Il est à l'hôpital.
    -Nettoyé? Il ne voulait pas rejoindre nos rang? Un tel génie de la finance et du droit pourrait nous être utile!
    -C'est aussi ce que je me suis dit. Mais nous ne savons pas comment fonctionne son pouvoir. Par mesure de précaution, le nettoyage était nécessaire. Nous allons cependant le garder sous notre aile et le suivre avec la plus grande attention : nous espérons que ses doubles viendront le chercher bientôt.
    -Ce n'est pas dangereux comme situation? Un ex-soulwalker qui travaille pour notre cause sans le savoir?
    -Il ne travaillera que sur des dossiers ''cleans''. Et puis nous intercepterons ses compagnons en amont.
    -Très bien. J'aimerais pouvoir vous féliciter, mais cette faille dans le système m'en empêche... Un simple juriste qui était sur le point de tout découvrir, avouez que ça fait mauvais genre!
    -Le problème est réglé, madame. Nos traceurs sont maintenant transparents.
    -Bien. »



    Hors-Jeu
      AVATAR : Josh Harnett
      CODE DU REGLEMENT : Validé par Leigh.
      AUTRES ? Design superbe, Contexte attrayant... J'ai hâte de commencer le rp!!
      Pour précision, l'OCPS est une organisation gouvernementale légale. Cependant, j'ai émis l'hypothèse que la propreté de ses méthodes et de son fonctionnement (en particulier le lavage de cerveau) étaient inconnu du public. D'où la nécessité pour eux d'arrêter Chester avant qu'il ne découvre cela, par le biais de la société Truffle&co. Mon hypothèse est, que pour cacher certains faits de l'OCPS, il a fallut mettre en place des sociétés écran servant d'intermédiaire pour que justement, les citoyens un peu fouineur se sachent pas ce qui se trame réellement.
      Si je suis dans le faux – et qu'il est donc admis que tout le monde est au courant, je changerai ma fiche! ^^ ''

_______________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Soulwalker
Hacker Paranormal
avatar

─ Messages : 47
─ Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: Chester Apples - La fratrie -   Mar 16 Mar - 15:39

Cher Mr Apples

Tout d'abord, je suis heureux de vous accueillir parmi nous et tiens à souligner la qualité "jouissive" de vos écrits, que j'ai beaucoup apprécié.
Vous êtes bien sûr validé et je vous souhaite la bienvenue.

Au sujet des sociétés écrans je suis tout à fait en accord avec votre proposition. Cela souligne le travail qu'il me reste à abattre pour approfondir suffisamment l'univers des Soulwalkers. Mettre à l'écrit ce qui vous apparait limpide dans votre esprit est une tache longue et fastidieuse. Surtout si l'on veut être exhaustif.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chester Apples

avatar

─ Messages : 3
─ Date d'inscription : 12/03/2010

MessageSujet: Re: Chester Apples - La fratrie -   Mar 16 Mar - 22:16

Merci Boss! Onion Boss

Ouf je n'étais pas sûr pour les sociétés écrans (et à vrai dire j'avais une deuxième explications plus plausible à proposer )

Bref, j'espère que vous verrez bientôt la fin du tunnel pour la mise en place ^^
(par contre, le background est génial :j'aime quand c'est court et clair!)

A très vite en rp! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chester Apples - La fratrie -   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chester Apples - La fratrie -
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Erava Chester~
» Berry Angela Chester ~ [En cours]
» {TERMINÉ}Ashton Meyers Is Here!
» Le Chat de Cheshire - We're all mad here (fini)
» La fratrie Fardale.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SOULWALKERS :: Gestion du personnage :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: