AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 P. Worthington ( en cours )

Aller en bas 
AuteurMessage
Pandore Worthington
OCPS
avatar

─ Messages : 66
─ Date d'inscription : 20/01/2010
─ Age : 28
─ Humeur : Jubile :3
─ Jukebox : Fool - Cat Power

MessageSujet: P. Worthington ( en cours )   Ven 12 Fév - 19:21

Pandore Worthington
_______________________________________________________________

    A propos de vous
      NOM : Worthington
      PRENOM(S) : Pandore
      DATE DE NAISSANCE & AGE : 27 ans, née le 10 avril 1997
      LIEU DE RESIDENCE :Tulsa


    Détails
      SOULWAKER OU NORMAL ? SOULWALKER
      Si SOULWALKER :
      - don ? cryokinésie
      - camp ? OCPS
      - stimulant : L'eau
      - inhibiteur : Sel (s'il est ingéré)


    Descriptions
      CARACTERE :
      PHYSIQUE : (pas de "voir avatar" !)
      AUTRES :


    Hors-Jeu
      AVATAR :
      CODE DU REGLEMENT : héhéhé
      AUTRES ? La cause des schtroumfs unijambistes n'est à mon humble avis pas assez défendue... u.u

_______________________________________________________________


Dernière édition par Pandore Worthington le Sam 27 Fév - 22:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandore Worthington
OCPS
avatar

─ Messages : 66
─ Date d'inscription : 20/01/2010
─ Age : 28
─ Humeur : Jubile :3
─ Jukebox : Fool - Cat Power

MessageSujet: Re: P. Worthington ( en cours )   Ven 12 Fév - 19:26

Enfance

Chers Journal...
    17 Aout 2004
    Aujourd'hui j'étais dans la cuisine et Sam arrêtait pas de m'embêter. En plus il fallait se dépêcher, maman commençait à s'énerver, on allait rater le cour de danse. J'étais en train de boire un verre de limonade bien fraîche, ça faisait drôlement du bien vu qu'il faisait super chaud. Et Sam arrêtait pas d'hurler que son idiot d'ami Aiden était mon amoureux. Des semaines qu'il dit toujours ces bêtises! Pis là il me montre du doigt et tout, ça me met en colère! Je sais pas trop ce qui c'est passé à ce moment là, mais je suis sure que dans mon verre au début y'avais pas de glaçon. Après pour me venger, j'ai renversé le reste du verre sur la grosse tête de boudin de Sam, il avait qu'à pas dire des mensonges! Maman m'a puni, elle dit qu'il faut que j'arrête de faire ce genre de chose à Sam... Ppff alors que c'est de sa faute!

    12 février 2007
    Cool!!! Ça y est , on est le jour que j'attendais! Le jour des vacances! Aujourd'hui on s'est amusé toute l'aprèm et on a fait une bataille de boule de neige avec Sam. Comment je lui ai fait mangé la neige quoi! A un moment je suis tombé dans le lac y'avais une grosse couche de glace, mais j'ai traversé quand même, je suis pas si lourde que ça pourtant! Sam a eu peur, mais bon moi a par le fait que c'était mouillé et que maman allait me gronder, j'm'en foutait un peu. D'ailleurs j'ai fait promettre à Sam de rien dire. J'ai pu rentrer dans le chalet sans qu'elle ou papa s'en aperçoivent, j'ai eu chaud!
    Demain ils ont dit qu'on allait faire de la luge et que si on était sage, on aurais même notre première leçon de ski... Je suis si impatiente que je vais pas arrivé à dormir cette nuit!!!

    2 Décembre 2010
    Je suis trop con! Bordel! Mais comment j'ai pu croire qu'il s'intéresserait à moi! Aiden c'est bien foutu de ma gueule. Au collège ce matin il m'a avoué que c'était juste un pari. Et le pire c'est que je l'ai embrassé!! Mon premier baiser est un fiasco monumental et je pourrais jamais lui pardonner. Sam me jure qu'il était pas au courant, mais je suis sure que c'est faux! C'est son meilleur amis, alors bien sûr qu'il le savait! Aiden a même osé dire qu'il avait l'impression d'embrasser Sam! Je ferais n'importe quoi pour ne pas être jumelle avec mon abruti de frère. JE LES DÉTESTES!

    !!! Il vient de se passer un truc trop bizarre. Il neige dans ma chambre...

    25 Novembre 2010
    Depuis quelques temps j'ai plus envie d'aller au collège, ni même de sortir dehors. Je voudrais juste pouvoir trouver un trou, noir d'encre et profond comme un puit, je m'y noierais pour plus jamais en sortir. Je sais pas ce qui ne tourne pas rond chez moi, mais j'ai l'impression que j'ai un problème qui sort un peu de l'ordinaire. J'entends des filles de ma classe se plaindre des boutons d'acnés, chuchoter et glousser au passage du garçon qu'il leur plait... Mais j'pense être la seule à geler des trucs, faire tomber de la neige, ou pouvoir sortir toute nue en plein mois de janvier, sans ne serais-ce qu'avoir un petit frisson. Chuis pas normale. Y'a que Sam qu'est au courant et j'ai la frousse qu'il le répète. J'crois bien que lui, c'est de moi qu'il a la frousse.
    Je regrette ces moments ou on était tout les deux, que je lui foutait des raclées et ou lui pouvait pas s'empêcher de m'emmerder pour des conneries. Je me sens seule. C'est peut-être ça, le froid.

    4 Octobre 2013
    Voilà, comme ça au moins c'est fait. Je me suis forgé dès le collège une bonne réputation d'associable et d'élève dans la marge. Au lycée ça fait déjà plus cool. C'est vrai que la popularité des pompoms-girls et des joueurs de football c'est pas vraiment ce qui me correspond. Aujourd'hui ça fait un mois que je suis au lycée, Sam et Aiden le duo des l'air-de-rien-je-suis-un-beau-gosse commence déjà à ce faire remarquer. Pas mal des filles de la classe et même d'autres un peu plus vieille ont flashé sur eux... Leur dire qu'ils sont guays serait mesquin. Mais divertissant.
    Sinon ça fait 3 mois et 6 jours sans incidents. J'm'en sors plutôt bien.

    16 Novembre 2013
    Je dois dire que pour le coup, je suis surprise. C'était ce matin. Mr Brooks semblait vouloir tester jusqu'à quel point sa faculté soporifique pouvait être prenante et je dois dire qu'il excelle en la matière, à défaut de celle qu'il enseigne. Les math ne m'ont jamais intéressé, comme toutes les autres matières, mais comme pour toutes, je surpasse bien souvent mes professeurs. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, ils ne me portent pas vraiment dans leur cœur. Ainsi donc, par un ennui un peu différent de celui des autres élèves, je m'endormais avec tendresse sur la page 43 de mon manuel de mathématique. Mr Brook avait l'habitude.
    Je sais pas pourquoi cette fois là, je sais pas pourquoi ce moment là, ce qui est sûr c'est qu'il aurait mieux fallu que cela n'arrive pas.
    Quand je me suis réveillée, c'est parce-que, chose étonnante, Mr Brooks s'époumonait bruyamment, le visage animé d'une activité surprenante de vivacité. Tout en pestant contre cette foutue climatisation, une discrète mais non moins délatrice buée s'échappait de ses lèvres. De froid il en claquait même les dents. Moi, nerveusement, les yeux encore gonflés de sommeil, je me suis pris la tête dans les mains, réflexe humain et futile, cela m'a néanmoins permis de faire le vide. Là, la sonnerie a retentit et j'ai bien cru que mon cœur allait exploser dans ma poitrine. Sauvée.
    Je me lève lancée comme un boulet de canon hors de la salle, j'attrape mes affaires brutalement, et m'évade dans le couloir. Puis je sens une main qui happe mon bras et m'oblige à me retourner. Aiden me fait face, pas le Aiden m'as-tu-vu, mais un inédit, un Aiden méfiant et grave. Il avait presque l'air intelligent. Évidement il savait, et pas besoin de faire une thèse pour comprendre de qui il tenait le scoop.
    Sam était malade aujourd'hui, mais quand je vais rentrer ce soir, il va devoir s'expliquer, très clairement, avec une argumentation en béton.
    Toujours est-il que Miss Monde me parle, d'une voix blanche et déconcertée:

    « C'est toi hein? »
    « Ouai c'est moi, Pandore, tu sais, la sœur de Samanta ta meilleure copine... Je sais qu'elle est pas là depuis hier, mais l'oublier si vite c'est un peu cruel j'trouve. »
    « Arrêtes tes conneries, tu sais bien de quoi je parle. »
    Il me sciait littéralement le bras cet abruti.
    « Tu compte m'arracher le bras tout de suite ou tu fais durer un peu le plaisir? »
    Mince, il me lâche le bras, j'ai presque failli applaudir. Au lieu de ça je me suis retourné et suis parti. Il croit bon de rajouter:
    « Je répèterais rien tu sais. Seulement tu devrais te contrôler. »
    « Ouais je t'attendais pour que tu me le dises, et que je m'y mette enfin... »

    C'était surement un mauvais rêve... Sam va devoir s'expliquer.

    20 Novembre 2013
    Je me demande souvent pourquoi moi, et pas lui. L'injustice a ceci d'intéressant: elle pousse souvent les hommes à se rebeller, parfois dans le vide, parfois sans résultat, mais toujours avec raison. L'injustice donne une cause et rempli une vie, là où il n'y aurait que la monotonie et l'inébranlable routine. Elle y sème le grain de folie qui fait bouger ma lourde carcasse. Sam n'a pas à se plaindre, et moi je ne m'en prive pas. Du moins sur ces pages. Sam n'est pas différent des autres, moi si. C'est con, mais c'est comme ça. Sortez les violons et souillez les mouchoirs. Mais à la limite, Sam aurait pu être le type le plus banal de cette foutue planète, que j'aurais pu même me sentir fière d'avoir une certaine « particularité » par rapport à lui. Non ce qui me fout en rogne, c'est qu'il a pas pu s'empêcher d'ouvrir sa grande gueule... L'injustice, c'est pas que se soit moi et pas lui. L'injustice c'est que, maintenant que c'est sorti d'entre nous deux, je suis un monstre:
    Aiden me jauge, m'observe craintivement, baisse le regard quand il croise le mien. Ça me donne l'agréable sensation d'être une espèce d'extra-terrestre envahisseur ou un serial-killer en mal de victime. Sérieusement, que les heureuses abruties chearleaders et autre copains footballeurs G-I Joe me scrutent du haut de leur suffisante ignorance, je m'en tamponne le coquillard, mais qu'il y en est un qui sache ce qui tourne pas rond chez moi, ça, je peux pas. Mais le pire, c'est quand il s'est senti obligé de venir me faire le coup de « c'est pas grave... On peut être copain! »:
    Il m'a attendu à la sortie de mon cour facultatif de Français, faut croire qu'il s'était renseigné. Adossé au mur les bras croisés, il m'attendait.

    « Pandore! »
    « ... »
    « Pandore. Attend! Je voudrais te parler. »
    Je continu de tracer, un cour passionnant de biologie n'attendait que moi.
    « Ben tu vois, là, tu parles. »
    Il me saisit le bras, pour que je lui fasses face. Ça deviens une fâcheuse habitude chez lui, faudra que je prévois le coup la prochaine fois... Quelques filles me reluquent sidéréé, comme si Aiden venait de rouler un patin à une serpillère. Il m'entraine derrière lui, cherchant un couloir moins bondé. Oui parce-que fallait qu'on discute... Arrivé dans un endroit désert, sa voix résonnait contre les murs.
    « Écoute, je... Au début je croyais pas Sam. Et puis, l'autre jour, j'ai bien vu que c'était toi. C'est quoi exactement, tu peux modifier la température? Ou c'est peut-être de la cry... »
    « C'est bon. »
    « Mais attend, tu est capable de chose fabuleuses, c'est un... »
    « J'ai dit stop. Si tu es venu faire le groupi Marvel, qui veut une démonstration en direct, moi je trouve ça ni fabuleux, ni merveilleux, ni cool, ni quoi que se soit... Je veux plus que tu en parles, je veux plus rien savoir là-dessus! La seule chose que je peux te dire, c'est que si je pouvais, je te laisserais ma place et prendrais volontiers la tienne! »

    Là-dessus je me suis tirée, il est resté planté dans ce couloir. Je sais pas quelle tête il avait, mais ce qui est sûr, c'est que la mienne était pas belle à voir.

    15 Décembre 2013
    J'oubliais, Sam a beaucoup changé dernièrement, il fréquente les mauvaises personnes. Depuis notre dispute à cause d'Aiden, il ne me décroche pas un mot (je lui rend bien d'ailleurs) et ressemble plus à un fantôme dans la maison, qu'au petit trou du cul qu'il s'appliquait à être. Papa et maman ne semblent pas s'inquiéter, ils estiment juste que la crise d'adolescence de leur fils est un peu tardive. Ah! Pétards, sexe, et alcool. C'est pas une crise, ça part simplement en couille. Mais ça, ils le savent pas...
    Et pour info, Aiden m'a foutu la paix. Je retourne à mes pensées solitaires, et à ma critique frénétique et Ô combien jouissive des greluches qui m'entourent. Mais bizarrement je me sens plus seule que d'habitude dans les couloirs...
    D'ailleurs j'y penses mais le duo Aiden/Sam est en pleine crise. Ils se parlent quasiment plus. Aiden est plus le gentil garçon à Papa, et Sam le rebelle qui teste les limites... Ça clash les enfants!

    2 Mai 2013
    C'est le bal de promo dans une semaine... Pitié soutenez-moi, je vais vomir! Cette espèce d'effervescence de rose et de pancartes faites main avec rubans et confettis, me donnent des vertiges. Et ça minaude et ça pouf de rire, ça prend des airs innocemment charmeur... Au secours!!!

    5 Mai 2013
    J'en reviens pas d'écrire ce que je vais écrire... Aiden m'a proposé d'être mon cavalier. J'étais pourtant sûr qu'il avait pas pris l'héro de Sam...Il m'a sérieusement invité?
    Non, c'est bon, j'y suis, il me prend simplement pour une demeurée.
    Il croit que j'ai oublié tout ce pourquoi je n'irais pas, et surtout pas avec lui. Comme le fait qu'on se parle pas depuis des mois, ou alors qu'il m'avait publiquement ridiculisé au collège, que je ne suis pas le genre de nana qui s'éclate en talon haut et robe à multi-froufrous, d'ailleurs le fait que je sois un objet de curiosité paranormal pour lui, pas une « nana »... Enfin merde, qu'est ce qui tourne pas rond chez lui? S'acharner sur moi lui permet de se sentir mieux et de vivre pleinement sa petite vie d'ados mal dégrossi?
    Et pendant ce temps là, mon abruti congénital de frère se bourre le crane de toutes les saloperies narcotiques qui lui passe sous le nez. Maman et papa se sont aperçu que leur fils adoré poussait l'excuse du changement hormonal un peu trop loin, enfin! Et je peux affirmer que le réveille à été dur. Je me marre! Papa l'a surpris en train de leur piquer du liquide dans son portefeuille. Fallait bien que Sam paye sa cam. J'arrive même plus à avoir une conversation avec lui, il devient violent et impulsif. Il a même failli m'envoyer valser d'une baffe samedi.
    Et là-dessus l'autre ahuri m'invite au bal...Pincez-moi!

    9 Mai 2013
    Je vais devoir y aller...
    Maman exulte, elle qui rêvait d'avoir une fille cheerleader et coqueluche du lycée, je vais pas pouvoir boycotter le bal. Puis maintenant qu'elle sait qu'Aiden s'est proposé, j'ai bien cru la voir mourir de fierté. Vous voyez la tête qu'on fait lorsque l'on s'apprête à faire quelque chose qui vous révulse véritablement mais que vous ne pourrez pas y couper, et bien je la tient bien cette tête là, on pourrais même croire que je l'incarne parfaitement. En même temps, ça me fait mal de me l'avouer... Mais je peux pas m'empêcher de... D'espérer encore... Pour Aiden... Merde je suis qu'une pauvre conne.

    7 Juillet 2013
    Aaah la remise des diplômes... C'est bon, c'est bouclé, finit, rangé! Quel accablant moment d'ennuis: 96 Jeans, 36 robes noires, 19 chauves ou en cours de désœuvrement capillaire, 25 spéléologues qui ont exploré leur cavité nasale de l'index droit... Ça m'a peut-être quand même fait quelque chose de dire au revoir à ces lieux, à ces visages...
    Aiden m'a embrassé juste après le lancé de chapeau traditionnel. Sous prétexte qu'il fallait bien compenser l'ennui subi, par quelque chose d'excitant... Soupir? On est ensemble depuis un peu plus d'un mois, et j'ai parfois encore l'impression qu'il se moque de moi. Enfin continuons un peu, même si ce n'est qu'une mascarade. J'crois bien être niaisement heureuse. Pff
    Bien sûr Sam n'était pas à la remise, il n'a pas obtenu son diplôme. On le voit de moins en moins à la maison, remarque, dans l'état où il est quand il « passe », je me dit que je préfèrerais ne pas le voir du tout. Papa et maman sont complètement impuissants, ça me retourne les tripes de les voir comme ça, mais qu'est ce que je peux bien y faire?
    L'année prochaine c'est la fac et ses promesses. Aiden et moi allons à Yale... Faut croire qu'Aiden a un cerveau derrière sa gueule d'ange. J'en suis heureuse. S'il se fout pas de moi, « tout les deux », pourrait peut-être devenir quelque chose... De précieux. Aiden, ne me parle pas de mes « capacités ». Il me prend comme je suis, butée, cynique, un brin déconnectée du reste du monde. C'est peut-être idiot, mais comme il sait tout, et qu'il reste, ça m'aide... Beaucoup.

    13 Juillet 2013
    SAM EST PARTI!!!!! Ça fait une semaine qu'il est pas rentré et a laissé en guise d'au revoir un mot fixé au frigo: j'me tire, essayez pas de me retrouver, maman, papa, Pandore. Bonne chance.
    QUOI?!! MAIS QUEL ABOMINABLE CON!!! JE LUI PARDONNERAIS PAS CA!!! Et moi qui cuicuitais avec Aiden, j'ai rien vu venir, je... MERDE!


Dernière édition par Pandore Worthington le Sam 27 Fév - 22:40, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandore Worthington
OCPS
avatar

─ Messages : 66
─ Date d'inscription : 20/01/2010
─ Age : 28
─ Humeur : Jubile :3
─ Jukebox : Fool - Cat Power

MessageSujet: Re: P. Worthington ( en cours )   Ven 12 Fév - 19:27

L'ère glassiaire

Peter Collington était passablement fier de sa découverte. Absorbé par sa lecture, il ne prit pas garde au froid qui mordait sa chair un peu plus durement chaque seconde. Accroupi, le carnet dans les main, que pouvait-il lui arriver dans ce grenier poussiéreux perdu au milieux de ces maisons au charme désuet d'un quartier résidentiel de Seattle? Surement rien.
Ce journal, dans les pages qui suivrait, délivrerais sans aucun doute des données essentielles sur le déroulement du recrutement de l'OCPS, et peut-être même donnerait-il les noms de quelques agents. Une aubaine donc. D'autant plus qu'il s'agissait d'une mine d'informations sur l'un des bras armé les plus virulent de l'organisation. Ce fut avec un sourire satisfait qu'il se releva, fermant le journal d'une main avec un clac qui aurait du être sonore. Cependant, un bruit étouffé et à peine audible fut le seul son que l'on pu discerner. Fronçant les sourcils, une petite alarme intérieure alerta enfin ses sens. Mu par l'instinct il fit volte face.

- Je vois que vous avez retrouvé mon vieux journal. Habitude passablement infantile, écrire dedans m'a cependant plu un certain temps...

Debout, l'air dégagé, la jeune femme semblait avoir engagé une conversation dans un bar. Souriante, quelque chose dans ses pupilles vous avertissait pourtant de la menace sous-jacente. Elle se trouvait à moins d'un mètre. Comment avait-il pu ne pas entendre son arrivée?
Ne décrochant pas un mot, il se prépara à toute éventualité, guettant le moindre geste, le moindre mouvement.

-Vu que vous ne disposerez plus du journal d'ici quelques minutes je peux moi même vous raconter la suite...
-Je pense que vous vous mettez un doigt dans l'œil si vous croyiez que je vais vous le rendre.

Mettant en route la machine il s'élança. Il pouvait atteindre les 300 km/h en quelques secondes, elle ne pourrait jamais l'arrêter. Mais, ce fut lui qui ne pu ne serais-ce que mettre un pied devant l'autre. Le parquet était aussi glissant que si une couche de savon y avait été consciencieusement appliqué. S'étalant de tout son long, c'était en fait de glace que le sol était recouvert. Son menton percuta la surface givrée et dur du planché, le choc se réverbérant dans sa mâchoire, une belle entaille laissa s'échapper un filet de sang écarlate.

Encore sonné, il banda ses muscles pour se relever. C'est alors qu'il se rendit compte que ses mains et ses pieds étaient immobilisés par des arceaux fait de glace, semblant aussi solide que l'acier. Cloué au sol, Peter luttait contre ses liens amarrés au planché de ce paisible grenier, qui prenait maintenant l'allure d'une chambre froide.
Ne changeant pas son attitude, la jeune femme s'assit tranquillement en tailleur à côté de Peter. Le pauvre bougre, s'agitant toujours comme un diable, la peur et l'adrénaline lui tordant le tripes.

-Au dépard de Sam j'ai comme qui dirait ouvert les vannes, heureusement mes parents était sortis immédiatement après la lecture de son petit mot, pour le rechercher. Parce-que s'ils étaient resté, leur veines auraient fait comme la plomberie de la maison, fissurée tellement le froid était intense. La maison garde des séquelles encore aujourd'hui de ce dérapage. Mais je crois que c'est grâce à lui que le Soulwalker m'a envoyé sa lettre 2 jours plus tard.
-Relâchez moi!
-Allons un peu de patience. Votre sang contient beaucoup d'eau, je vais refroidir un peu le tout. Graduellement bien sur, sinon je pourrais vous tuer... Vous allez ensuite tomber en état d'hypothermie et je vous amènerais tranquillement au centre.
-Espèce de salope!!! Tu vas me rendre aussi merdeux que tous les autres et je me rappellerais plus de rien!! Vous êtes tous des salopards!

A mesure que sa tirade enragée se déversait, sa voix s'amenuisait comme happée par l'épuisement. La jeune femme se contenta de sourir négligemment.

-Je reçu donc la lettre. Chance inouï, c'est moi qui ai relevé le courrier ce jour-là. Mes parents n'ont jamais été au courant. Je décidais dans un premier temps de ne pas m'occuper de ces révélations, plutôt perplexe, je voyais mal ma vie être encore plus chamboulée qu'elle ne l'était déjà. Je passerais alors sur les années de débauche et de travail perpétuel qu'ont été mes années de fac. Avec Aiden cela a vite été compliqué, nous nous sommes séparé, après quelques mois houleux.
-Je...J...j'ai f f fr froid... Grelotant, les yeux à demi-fermé, Peter arrivait à peine à formuler intelligiblement ses phrases.
-Allons, allons, j'ai bientôt terminé... Après être diplômée je passais à la vie active, sans relation sérieuse avec quelqu'un. Encore une fois par un terrible concours de circonstances, je retrouvais mon frère. Il se prostituait depuis plusieurs années, clochard notoire, tous l'argent qu'il gagnait, la drogue l'engloutissait. C'est ce soir de retrouvailles sordides que j'appris qu'il se droguait parce-que depuis notre année de terminale, lui aussi c'était découvert un don. Il entendait et voyait les morts, pas ceux ayant connu une mort douce et salvatrice, mais ceux assassiné, torturé, se lamentant tout au long du jours et de la nuit. Quand il était shooté sous héro ou cocaïne, il avait enfin la paix, et les morts le laissait seul. Il disait qu'il ne m'avait rien dit parce qu'il ne voulait pas être comme moi, un monstre tout droit sorti d'un film de science-fiction, alors il a fuit. C'est à ce moment là que j'ai fait les démarches nécessaire pour contacter l'OCPS. Mon frère a aujourd'hui une femme, ils attendent un enfant. Il ne sait plus qui je suis, qui il était, et pourtant cela me rend heureuse.

Sortant d'une espèce de torpeur, elle tourna son visage vers Peter. Celui-ci paraissait comme plongé dans un profond sommeil. De ses doigts assurés, elle vint prendre le pouls sur le cou offert de l'homme inconscient. Une petite palpitation rassurante et régulière, finit de la convaincre, il était temps. Pandore fit disparaître les liens de glace qui, lorsqu'il s'était débattu, avaient un peu creusé sa chair. Mr Collington allait avoir une nouvelle vie. Une vie sans OCPS, sans Ligue, une vie normale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: P. Worthington ( en cours )   

Revenir en haut Aller en bas
 
P. Worthington ( en cours )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» cours de dysenterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SOULWALKERS :: Gestion du personnage :: Présentations-
Sauter vers: